CONFERENCE DE PRESSE DU VENDREDI 9 FEVRIER 2018 L’ANNULATION DE L’ANNEXE FISCALE 2018
L’ANNULATION DE L’ANNEXE FISCALE 2018

A la suite de l’annonce faite par le Premier Ministre SEM Amadou GON COULIBALY le Lundi 5 Février 2018 relative à l’annulation de l’annexe fiscale 2018, une conférence de presse a été faite le vendredi 9 février 2018 au siège de la Fédération Ivoirienne des Petites et Moyennes Entreprises (FIPME) sise à Cocody  Deux (2) Plateaux. Cette conférence de presse a été animée par le Dr BOGUIFO Joseph, président de la FIPME accompagné des membres de la fédération. Deux sujets principaux ont été abordés : l’annulation de l’Annexe Fiscale 2018 et la question du visa financier imposé aux entreprises hors obligation de commissariats aux comptes.

Lors de cette conférence de presse le Président de la Faitière a d’abord rappelé le contexte dans lequel s’inscrit cette Conférence et a exprimé au nom de la Faitière et de ses membres son entière satisfaction face à la décision du président de la république SEM Alassane OUATTARA pour la suspension de l’annexe fiscale 2018. Il a adressé ses vifs remerciements au Président de la République pour avoir été à l’écoute du cri de cœur des PME ivoiriennes et a salué la décision courageuse dont a fait preuve le Chef de l’ETAT. Rappelons-le, l’Annexe Fiscale 218 comportait 42 dispositions dont 36 articles étaient jugés défavorables aux PME. Le Président de la Faitière a profité pour rappeler à quel point il était important que l’ETAT et les PME à travers la FIPME soient en étroite collaboration afin de trouver des solutions adaptées aux réalités des entreprises ivoiriennes.

Le Dr BOGUIFO Joseph a saisi l’occasion pour évoquer la question du visa financier imposé aux entreprises hors obligation de Commissariats aux Comptes. Le Président de la FIPME a expliqué que les entreprises hors obligation de commissariat aux comptes seront désormais dans l’obligation de recruter un comptable et de s’attacher les services d’expert-comptable, ce qui n’est pas à la portée de la majorité des PME ivoiriennes. Il a renchéri en disant que la mission de délivrance du visa des états financiers annuels de synthèse n’est pas gratuite et engendre d’autres charges pour les PME ivoiriennes. Il a  par ailleurs souhaité à la demande des PME l’annulation pure et simple de l’arrêté concernant le visa financier.